Et l’entreprise ?

Vous passez beaucoup de temps dans vos activités professionnelles et, le plus souvent, vous avez des collègues. Si vous travaillez seul, vous avez à faire soit à des clients soit à des «usagers» comme l’on dit. Donc, de ce point de vue, l’apprentissage de la maîtrise est bienvenu.

Par ailleurs, la collectivité de travail qu’est l’entreprise ou une administration, a sa propre conscience émotionnelle.
Il s’agit là d’un point très important car l’efficacité du fonctionnement de la collectivité est totalement tributaire d’un état émotionnel positif que l’on qualifie souvent de «bonne ambiance».

Certaines fonctions sont particulièrement exposées : le commercial, l’après-vente mais aussi la productivité générale. Vous le savez bien : vous achetez plus volontiers les biens et les services à une entreprise où l’ambiance est bonne avec des collaborateurs motivés.

C’est l’occasion de souligner l’aspect « viral » des émotions. Positives ou négatives, elles sont contagieuses. Le travail sur les trois dernières composantes permettra d’améliorer les performances étant entendu que l’exemplarité du chef d’entreprise et de son équipe dirigeante et un préliminaire incontournable. Comme disent les technocrates du management, le processus doit être « top down ».

Vous y avez sans doute pensé : l’analogie avec la collectivité familiale est assez évidente. Même si la famille n’est pas une collectivité de travail (quoique…), c’est une sphère relationnelle avec sa propre conscience émotionnelle.