Les bienfaits d’une maîtrise de vos émotions

La liste pourrait remplir un livre entier. Je vous propose d’aller du plus simple au plus important :
• Maîtriser ses émotions dans les moments quotidiens conduit à un mieux-être immédiat. Eliminer les émotions négatives pour laisser place aux positives procure ce qu’on appelle communément la « bonne humeur ». Bien agréable pour vous et pour votre environnement familial ou professionnel,
• C’est aussi éviter les petits désagréments tels que palpitations, rougeurs non pertinentes, comportements intérieurs ou physiques mal adaptés aux situations. Ces inconvénients constituent d’ailleurs l’arbre qui masque la forêt de perturbations beaucoup plus graves pour votre santé,
• En effet, subir des émotions négatives génère du stress. Ce dernier distribue inutilement du cortisol dans votre corps qui mettra de nombreuses heures à être éliminé,
• Si répétitions (et elles sont d’autant plus nombreuses qu’elles sont inconscientes), il y aura apparition de ce qu’on appelle le stress oxydatif : là nous entrons dans des conséquences beaucoup plus graves :
– Inflammation chronique,
– Baisse de vos défenses immunitaires pourtant bien utiles face aux épidémies actuelles,
– Champ libre laissé aux radicaux libres qui oxydent vos cellules comme l’oxygène fait rouiller le fer,
– Vieillissement prématuré des cellules et donc de votre corps,
– Fatigue inutile des « émonctoires » (reins, intestins, poumons, foie, cœur) qui vont eux-mêmes provoquer des émotions  négatives dues à un mal-être…ce que l’on dénomme un cercle non vertueux.
• La phase ultérieure est beaucoup plus grave car elle conduit les radicaux libres à perturber votre ADN en raccourcissant les télomères qui sont des petits capuchons protégeant vos chromosomes. Plus précisément, la reproduction cellulaire est perturbée et cela peut conduire à différentes formes de cancers.

Donc, on retiendra qu’une maîtrise de l’intelligence émotionnelle vous fera bénéficier d’un mieux-être quotidien, d’une meilleure santé, d’une vie plus longue…en bon état.
Malheureusement, les statistiques des pays développés ne vont pas en ce sens : l’espérance de vie stagne et le  nombre d’années en mauvaise santé augmente. Certes, il n’y a pas que l’intelligence émotionnelle comme cause, mais elle y contribue directement et indirectement.