Les trois cerveaux

La lecture incontournable du livre de Daniel GOLEMAN, «L’intelligence émotionnelle» version intégrale (référence n°4), permet de mettre en évidence l’existence de trois cerveaux :
> Le cerveau instinctif,
> Le cerveau rationnel ou le néocortex,
> Le cerveau émotionnel ou système limbique
    comprenant l’amygdale qui est la matrice des émotions et l’hippocampe siège de la mémoire.

Entre l’instinctif, le rationnel et l’émotionnel la vitesse, l’intensité, le contenu et les effets sont tout à fait différents. Cela justifie de notre part la réalisation d’une deuxième vidéo optionnelle portant sur ces trois cerveaux. Mais dans l’immédiat, pour vous permettre de concrétiser, nous vous proposons de télécharger le document n°5 situant les positions en terme d’anatomie.

 

 Afin de ne pas alourdir la formation de base, nous choisissons simplement de mettre à présent en évidence le principe suivant :
• Comme cela vous a été indiqué dans le document n°1,
la formation réticulaire constitue un centre de tri qui aiguille la stimulation, soit en rejetant celle-ci, ou en l’orientant vers l’un des trois cerveaux,
En fonction du type de stimulation, c’est un de ces trois cerveaux qui va être impacté,
• Selon la zone de votre cerveau sollicité,
le type d’émotion sera différent en rapidité de réaction, en contenu et, donc, en réponse comportementale possible,
La détection pour générer une maîtrise comportementale sera également différente,
La « mémoire » de l’hippocampe peut jouer un rôle important si elle a été programmée, notamment par un apprentissage.

 Vous avez compris que dans tous les cas, une attention de votre part est indispensable et que la capacité de maîtrise sera facilitée en fonction de l’analyse qui vous permettra de détecter la « source émotionnelle ». On ne réplique pas de la même façon à une émotion instinctive et à une émotion raisonnée. Les conséquences sur votre physiologie sont également très différentes avec, notamment une production hormonale soit bénéfique ou, au contraire, toxique.

La conscience émotionnelle que nous avons étudiée lors de la précédente vidéo vous permet désormais de déclencher un « arrêt de jeu ».
Cela étant, comment procéder ?